Voyage express

il nous a fallu rentrer d’urgence en France pour quelques jours. Billets pris la veille du départ. Des prix pas tout ce qu’il y a de sympathiques, mais c’est la règle, qu’y faire? Seule bonne nouvelle, il ne devait plus y avoir de place en classe Economy et nous nous sommes retrouvés surclassés. Champagne au petit déjeuner, saumon, avec Pomerol ou Brouilly, au choix. Des sièges confortables, transformables en lit, des écouteurs avec réducteur de bruit… Le paradis pour les longs voyages en avion. Dommage, c’était pour un saut de puce. Mais Bon, la nappe blanche c’était top!

Au retour, pas de byzness class, mais un avion tout neuf, un nouveau Boeing pour Air France. Un vol inaugural Paris-Cairo, en quelque sorte, le pilote est fier de l’annoncer. Et puis plus rien. Au bout d’un quart d’heure, le pilote annonce que le push, le tracteur qui doit tirer l’avion sur la piste, ne s’adapte pas à l’avion, que le second non plus. Qu’on est allé en chercher un troisième. Merci pour notre patience, qu’il dit.

On a fini par décoller. Il fait beau, il y a du soleil. Je suis près du hublot et il commence à faire chaud. Il n’y a pas de volet à descendre mais des touches sensitives : c’est magique, on peut obscurcir le hublot, il devient presque opaque. La vitre absorbe la lumière ! Au bout de cinq minutes, cela devient intenable. Le hublot se comporte comme un radiateur ! La lumière est transformée en chaleur, un élève de terminale aurait pu le prévoir. Le voyage se transforme en calvaire.

Plus tard, Au-dessus des nuages, on croisera un autre avion. le pilote prend à nouveau la parole. Il y a le wifi à bord, avec accès Internet. J’essaie. Rien. Quelques minutes plus tard, le pilote, encore lui, s’excuse. Ça ne marche pas, mais ils vont régler le problème sous peu. Et puis juste avant l’atterrissage, c’est encore le pilote qui s’excuse, le wifi n’a pas marché. Ceux qui ont payé pourront se faire rembourser… Parce qu’il fallait payer.

Arrivée au Caire, dans le nouveau terminal. Tout est nouveau pour ce voyage, décidément. Les pompiers arrosent l’avion, en guise de baptême. Et dans un coin, du terminal, le staff d’Air France, costumes pingouins coincés. Sont-ils fiers de ce vol inaugural ?

Petit matin tranquille

La circulation est souvent chaotique au Caire, quelquefois pour des raisons incongrues, et pour un rien, un bouchon se forme. Il est sept heures, les réseaux sociaux se réveillent. Conversation d’enseignants à l’approche de l’école de Smart Village.

Y : Bonjour mon bus vient juste de me prendre à Dreamland. Donc gros retard pour moi ce matin. Bus 22.

Mh : Gros bouchon à l’entrée de Smart.

M : Mehwar bloqué aussi.

A : Oui je confirme. On est le bus 35 et je vois le bus 54 juste devant nous. Retard probable ou arrivée pile-poil au mieux.

Mh : Passé la flaque d’eau ça se dégage…

Y : Pfff…

A : J’adore ce pays. C’est toujours des situations cocasses.

M : Il nous font détourner par Da2iri ! Accident sur Mehwar.

Y : Je suis maintenant bloqué dans un énorme bouchon sur la route Cairo-Alexandrie au niveau du pont du Mahwar. Ça n’avance pas, je vois le bus 53 et un autre dont je ne distingue pas le numéro.

L : Retard pour ma part aussi.

A : On est bloqué bien avant le Dandy Mall et il y a plein d’autres bus de l’école.

Y : Oui, donc je ne suis pas loin de A.

A : Haha ! Pareil, moi je vois le 47 et le 49 en plus du 54 et de notre 35.

A : Ça y est, nous avons passé le tsunami.

M : Je suis en plein dedans.

Y : Et moi encore très loin de Dandy.

L : Moi au niveau de Dandy, enfin…

Y : La petite flaque avant Dandy Mall, c’est ça le tsunami ? Où il y a autre chose ?

L : Nan Nan ! C’est ça le « tsunami »… Je m’attendais moi aussi à une vraie flaque d’eau….

Pour comprendre ce dialogue, il faut savoir que l’école est située près de la route Le Caire-Alexandrie, après le pont du Mehwar qui amène la circulation des banlieues ouest du Caire, après également le centre commercial Dandy Mall. Les élèves viennent tous en bus ou en voiture à l’école.

Un peu de pub

Inflation, chute de la livre, misère envahissante. La crise est très prégnante en ce moment en Égypte, malgré l’aide du FMI qui vient d’apporter quelques milliards de dollars. Pendant des semaines les conversations tournaient autour d’un appel à descendre dans la rue pour faire une nouvelle révolution. Quelques inconscients sont sortis vendredi dernier, mais l’armée était là pour les calmer.

Il y a quand même de bonnes nouvelles. En face de la maison, on trouve Ma7ali, une boutique montée par de jeunes égyptiens militants qui offrent des produits locaux, miel du Sinaï, huiles d’olive des oasis, pain shamsi, pain baladi et toutes sortes de fruits et légumes cultivés sans intrants ni pesticides. Elle valorise ainsi les produits des petits paysans locaux. Ma7ali est un jeu de mot qui peut se traduire par « comme à la maison ». C’est dans la rue 11, entre la 85 et la 86.

img_0472

Et à quelques numéro de là, il y a Madaar. C’est une petite structure qui propose des ateliers artistiques, un espace de co-working et, tous les samedis soirs des concerts de jazz, de musique égyptienne ou de musique classique. Et même une nuit consacrée à la danse. La semaine dernière le groupe Bahiyya a rempli la petite salle. On peut s’en faire une idée ici.

img_0473

Plus excitant, il y a ce projet qui débarque en Égypte. Word Project, c’est le premier collectif de slameurs du Caire. Ils se réunissent tous les mois dans des lieux différents. Leur base reste la petite scène de Madaar, au 2 de la rue 11.  Les photos, je les ai piquées sur leur Facebook. Merci à eux.

Bagnoles et tacots

14955971_10211789768966553_4434119103748809822_n

Quand j’ai pris cette photo, c’est l’opposition entre le panneau NO PARKING et cette voiture installée à demeure qui m’a intéressé, pas l’image de destruction qu’elle véhicule. Mais depuis, je la regarde très différemment. C’est à la fois l’image du passé, et peut-être celle de l’avenir de ce pays.

L’image du passé, parce qu’on trouve de très nombreuses voitures abandonnées dans les rues, sur les trottoirs, pneus à plat, portes enfoncées. Certaines sans plus d’intérêt qu’une épave, voitures déjà usées, d’autres plus intéressantes, grosses berlines allemandes ou américaines.

14642098_10211571572391775_4109029513049193102_n

Ce qui étonne, chez ces dernières, c’est qu’elles semblent avoir été laissées là provisoirement, souvent habillées de ces housses pyjamas qu’on voit beaucoup dans les rues de Maadi. À croire que leur propriétaire est parti rapidement, pensant revenir plus tard…

Après des vacances, ou après une fuite, ou pire encore… Il y a eu quelques événements tragiques ces dernières années, des étrangers (ou non) partis dans la précipitation. Laissant derrière eux ce qu’ils ne pouvaient emporter dans leurs bagages. Sans parler des taxes rédhibitoires.

Ce pourrait aussi être l’image de l’avenir de l’Égypte, si la crise actuelle perdurait.

Dans les rues du Caire des photos de « bagnoles »

Le Caire se modernise

Au Caire, comme dans toutes les grandes villes, et peut-être même plus qu’ailleurs, la circulation est congestionnée. Pour lutter contre la pollution, le président incite la population à se déplacer en vélo.

C’est à mon sens suicidaire. Entre les taxi fous et la pollution, l’espérance de vie d’un cycliste cairote est très faible.

img_0444

Dans le but de réguler le traffic, on installe des radars, mais aussi des feux tricolores… que personne ne respecte. Il faut dire qu’au giratoire Victoria, ils ont été installés sur le rond point central, et ce dans le mauvais sens.

Très égyptien, ça.

Transports

Matin et soir, pendant une heure à chaque fois, je prends un minibus qui m’amène à l’école ou à la maison. La circulation est dense, brouillonne, dangereuse.

13427875_10210503623853729_4626813388715781310_n

J’y ai vu de nombreux accidents, quelquefois mortels, d’autre fois burlesques. Je pense à ce camion qui a renversé sur plusieurs dizaines de mètres des cageots de raisin, l’autre qui a perdu ses bouteilles d’eau ou à cette camionnette qui a perdu ses citrouilles. La route était ensanglantée, ce jour-là.

14691096_10211688785482029_4677451845926522514_n-1

Il y a eu des transports étonnants, zébus, dromadaires curieux, veau sur un scooter, ou encore ce transport de vélos. Peut-être y a-t-il une compétition cycliste quelque part ?

Le climat part en c…

img_0447

Il est tombé des trombes d’eau sur Hurghada, il a même grêlé. Egalement sur Sharm El Sheikh, hier. Et demain encore.

Sur l’oasis de Bahariya, deux des maisons en pisé dans lesquelles nous avions dormi il y a deux semaines se sont effondrées. Helal dit n’avoir jamais vu une pluie pareille. Il a également perdu des arbres, couchés par les rafales.

Inquiétant article à lire en parallèle : Climate change may make parts of the Middle East too hot for human beings, according to a new study.

Researchers from the Max Planck Institute for Chemistry and the Cyprus Institute studied weather conditions in the Middle East since 1970. The researchers say “very hot” days in the area have doubled … (lire la suite)

Sur le Nil

L’été est terminé au Caire et les grosses chaleurs sont derrière nous. La température ne dépasse pas 26° en ce moment. Il peut même faire frais le soir, sur les bords du Nil. Mais toujours pas de pluie depuis février.

14729121_10211653594282271_6544801837131847075_n

Ce soir, nous sommes allés en felouque nous retrouver sur le Nil. Nathalie, une collègue, quitte l’école, le pays. Elle a besoin d’euro et n’en trouve plus ici. Elle rentre travailler en France. On a sobrement fêté son départ autour d’un repas égyptien, loin des bruits de la ville.

14718606_10211653594402274_8664201046465564834_n

Soirée pleine de tristesse…

Les nouvelles d’ici

Côté égyptien, c’est la crise depuis notre retour, crise monétaire qui s’est aggravée depuis l’été. On ne trouve plus ni euro, ni dollar, ou à des taux rédhibitoires. Du coup, les prix s’envolent, surtout ceux des produits importés, de plus en plus rares.
Trouver une cartouche d’encre pour imprimante, par exemple, relève de l’exploit. Quant à un camembert, on n’a a pas vu l’ombre d’un depuis notre retour.
Le pays bruisse de rumeurs, manifestations de masse, nouvelle révolution, peut-être le deuxième vendredi de novembre. Des grands groupes ferment leur antenne locale, des expats quittent le pays…
A nous, il nous reste le tourisme en Egypte, pour dépenser nos livres tant qu’elles valent encore quelque chose.
Voilà donc les photos d’une sortie dans le sud du Caire, à un peu plus de 400 km, dans une des oasis du désert de Libye. C’est l’oasis de Bahariya, qui produit les meilleures dattes du pays, ce que nous pouvons confirmer. Elle est située à 140 mètres au-dessous du niveau de la mer.

Il y a le désert noir, lunaire, photos à voir en cliquant sur l’image…

desert-noir-43

Et puis le désert blanc, encore plus au sud, interdit jusqu’à il y a peu. Une douzaine de mexicains y avaient péri il y a une année. Photos également en suivant l’image…

desert-blanc-26

Ghost town

En ce début juillet, nous sommes repartis sur les bords de la mer Rouge, le long de la péninsule du Sinaï. Petit pincement au cœur lorsque l’avion décolle, c’est un petit avion d’Egyptair. Il est plein… surtout de chinois. Arrive Sharm El Sheikh, où  il se pose tranquillement. Sauf que non, il remonte brusquement et vire, il y a un gros avion sur la piste en train de décoller. Ça bouge, ça craque dans l’avion. Les gens se sont tus. Il fait un deuxième tour, sans doute trop rapide, et rate la piste, remet les gaz et remonte. Cette fois c’est très silencieux dans l’avion. Le pilote file plein sud. Direction Hurghada? Non il finit par faire demi tour et revient. L’avion descend rapidement, tangue beaucoup, les passager sont toujours figés. Il touche brutalement le sol, et freine brusquement. Trop vite, ou trop court? On n’aura aucune explication.

Traversée du Sinaï en voiture ensuite. Une heure dans une vallée au fond plat entourée de montagnes escarpées rouges, roses, noires… Quelques arbustes épineux, et des barrages de militaires armés, canons et véhicules blindés derrière des sacs de sable. Et toujours les mêmes questions, à propos de notre nationalité.

Dahab est un ancien village de pêcheurs, reconvertis dans le tourisme. Mais les touristes ne sont pas là. Les Chinois sont restés à Sharm, et il faudra attendre la fin du Ramadan et l’aïd, pour voir arriver des groupes de jeunes égyptiens attirés par la plongée.

Tous les jours se ressemblent. Plage le matin, les fonds marins sont d’une richesse incroyable, et puis sieste pour éviter la chaleur de l’après-midi, sortie et marche  pied dans la douceur du crépuscule. Fare niente : objectif atteint.

Les photos du séjour sont là.